Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Cras sollicitudin, tellus vitae condimentum egestas, libero dolor auctor tellus, eu consectetur neque.

Press enter to begin your search
 

Live music: Céu, Karol Conka et Supultura divident leurs cas de succès

Live music: Céu, Karol Conka et Supultura divident leurs cas de succès

Des trajectoires et des styles musicaux différents, mais la même conquête: succès au Brésil et à l’étranger. Andreas Kisser, de Sepultura, et les chanteuses et compositrices, Céu et Karol Conka ont ému le public lors du Brasil Music Summit (BMS), contant les difficultés et les victoires de leurs carrières de succès. Les représentations ont eu lieu pendant les deux jours consacrés à la live music, les 8 et 9 février.

L’événement, qui a eu lieu du 6 au 9 à l’Unibes Cultural, est organisé par Brasil Música & Artes (BM&A) en partenariat avec l’Agence Brésilienne de Promotion d’Exportations et d’Investissements (Apex-Brasil), par le biais du programme Brasil Music Exchange (BME), a compté sur plus de 500 participants au congrès, en plus des 1.400 personnes du public final, qui sont allés assister aux shows.

« Nous avons voulu partager des histoires inspirantes et, simultanément, organiser des ateliers sur des thèmes pratiques qui suscitent des doutes chez les professionnels, tels que les visas et les impôts pour l’exécution de spectacles à l’étranger », a déclaré André Bourgeois, directeur général de la programmation de Urban Jungle.

Andreas a parlé de l’ascension internationale de Sepultura, certainement l’un des groupes brésiliens qui ont le plus réalisé de spectacles internationaux, ce qui leur a donné le droit à un documentaire sur Netflix.

Dans une conversation avec André, qui est également son imprésario, la chanteuse Céu a rappelé ses débuts, quand elle jouait dans des boîtes de nuit à Vila Madalena et Rua Augusta, jusqu’à ce qu’elle se produise dans de grands festivals, tels que le Coachella et sa présence entre les 200 premiers du Billboard aux États-Unis en 2007. « Quand nous faisions notre distribution indépendante et mettions les disques dans les cartons, nous avons reçu cette information. Ce fut incroyable. Nous vendions 10.000 disques par semaine à l’époque », se souvient André.

Interviewée par Evandro Fioti Roque de Oliveira, du Laboratório Fantasma, Karol Conka a rappelé non seulement des moments émouvants de sa carrière, mais a aussi commenté sa marque en tant qu’icône de l’émancipation féminine. « Ma mère m’a, un jour, demandé d’où je tire autant d’informations pour pouvoir écrire. Je lui ai dit que j’observe beaucoup et que tout pour moi est une poésie », a-t-elle dit.

Deux tables rondes ont eu également comme objectif d’élucider les doutes du public dans des débats importants pour les professionnels de la live music. Dans le débat « Qu’est-ce qui vient en premier : le label ou le booker? », des représentants de labels/de maisons d’enregistrement et d’agences de booking ont débattu sur comment nouer des partenariats afin de s’assurer la meilleure représentation à l’étranger, notamment en ce qui concerne la vente de spectacles et la divulgation / le lancement de leurs musiques.

Les représentants des festivals internationaux et de centres culturels présents à l’événement – Barbican Center, Montreal Jazzfest, Festival d’été de Québec, Festival POP Montréal, Festival Rencontres Trans Musicales, Festival Les Suds à Arles et Les Escales Festival – se sont réunis dans un panel dans lequel ils ont expliqué ce qu’ils prennent en compte pour sélectonner des artistes pour leurs lineups. Parmi les conseils, il y a la réalisation d’une bonne présentation numérique du groupe de manière rapide et claire, montrant l’essence de la musique.

L’événement s’est terminé par une conférence de Renato Martins, journaliste, chercheur musical et fondateur du label / blog Funk na Caixa, qui a conté l’histoire du funk, l’un des genres musicaux de plus grand impact dans le monde.

 

Showcases

Le Brasil Music Summit (BMS) a réuni 23 présentations musicales au cours de quatre jours de programmation au BMS Festival. En plus des participants du congrès, les spectacles ont été ouverts au grand public et ont attiré environ 1.400 personnes.

Le lineup a été sélectionné par une commission de professionnels brésiliens et étrangers et a compris des noms tels que Céu et Karol Conka, en plus de Tássia Reis, Xenia França, Luedji Luna, Boogarins, Drik Barbosa, Barbatuques, Höröya, Teto Preto, Josyara, Beto Villares, Mestrinho e Nicolas Krassik, Quarteto Roda de Choro, Filó Machado, Gabriel Grossi, Tuyo, Felix Robatto, Black Mantra, Autoramas, Rakta, Maria Beraldo et Ricardo Herz Trio.

La prochaine édition du BMS aura lieu les 10 et 11 février 2020 à São Paulo et la programmation se poursuivra les 12, 13 et 14 février à Recife dans le cadre du Porto Musical.

 

À propos du BME

Le Brasil Music Exchange (BME), un projet d’exportation de musique brésilienne, est réalisé grâce à un partenariat entre Brasil, Música & Artes (BM&A) et l’Agence Brésilienne de Promotion d’Exportations et d’Investissements (Apex-Brasil), promeut le Brasil Music Summit.

X